#2 Les gens qui disent “J’arrive” alors qu’ils ne sont pas partis

La notion d’arriver quelque part ne fait pas consensus. Pour certains, le processus s’amorce par le simple fait d’avoir commencé à se préparer mentalement à quitter leur domicile. D’autres considèrent qu’ils arrivent au moment où ils appuient sur la sonnette de votre porte.
Pourquoi cette différence, alors que la mesure du temps est la même pour tout le monde et que 20h, ce n’est pas 22h ni 19h45 ?

Cas n°1 : Les gens qui “arrivent”, alors qu’ils sont encore en train de se préparer

On ne va pas se mentir, ce sont généralement des personnes de sexe féminin. Quand elles vous disent “j’arrive”, il faut comprendre : je ne sais toujours pas comment m’habiller alors que je devrais être là depuis 20 minutes, mais je vais finir par mettre mon jean noir avec mon haut noir et mes bottines noires. Cette résignation stylistique prenant un peu de temps, vous en avez donc encore pour au moins une heure à attendre ladite “amie”.

#2 Les gens qui disent “J’arrive” alors qu’ils ne sont pas partis
Sentence : De coeur sur vous à Un an de Goulag. Cela dépend grandement de votre solitude et de votre propre degré de préparation au moment où vous posez la question fatidique de “tu en es où ?”.

Cas n°2 : Les gens qui “arrivent”, alors qu’ils ont le doigt sur votre sonnette

Premiers de la classe à tendance associale ou potes souhaitant sortir de la friendzone en vous interceptant au sortir de la douche ? Quoi qu’il en soit, le quart d’heure de politesse de Nadine de Rotschild ne leur dit rien. Ils vous prendront toujours au dépourvu. Eux sont prêts depuis le matin, quand vous avez prévu d’être tout juste à l’heure. L’avantage, c’est qu’avec le temps, vous apprendrez à prévoir qu’ils seront toujours là avant les autres.

#2 Les gens qui disent “J’arrive” alors qu’ils ne sont pas partis
Sentence : Juste un doigt. Passé le désagrément de leur ouvrir la porte avec votre joggos de la veille, vous pourrez les mettre à contribution dans la cuisine.

Cas n°3 : Les gens qui “arrivent”, mais à l’heure de NY

Toujours en vadrouille, ils changent de timezone toutes les semaines. Autre possibilité, ils n’ont pas encore intégré que si le retard est toléré dans l’hexagone, il ne faut pas pousser non plus. Quoiqu’il en soit, ils ne sont pas sur le même fuseau horaire que vous. Résultat, pour un rendez-vous à 20h30, ne les attendez pas avant 22h.

#2 Les gens qui disent “J’arrive” alors qu’ils ne sont pas partis
Sentence : Un an de goulag. Au moins, là-bas ils apprendront que l’heure, c’est l’heure et que globalement, c’est la même pour tout le monde.

Cas n°4 : Les gens qui “arrivent’, mais après

L’avantage de cette philosophie est que l’après est une notion suffisamment floue pour être finalement toujours à l’heure. Le problème se pose quand l’après se transforme en jamais. Car, à repousser leur arrivée à après leur activité précédente, ces “amis” un peu trop bookés, risquent de vous oublier. Et c’est déjà arrivé, la déception arrivant à son apogée quand ils ne se donnent même plus la peine de répondre à vos messages.

#2 Les gens qui disent “J’arrive” alors qu’ils ne sont pas partis
Sentence : Peine de mort. On ne laisse pas Bébé dans un coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *